Culture des pommes de terre

1. Germination

Environ deux mois avant la plantation, les pommes de terre sont mises à germer, en les plaçant dans des clayettes dans une pièce tempérée et lumineuse.  Vous pouvez acheter des plants pré-germés.

2. Plantation

Plantez les tubercules germés de mi-mars à juin (sous tunnel plastique tant que tout risque de gelées n’est pas écarté).

La terre devra avoir été préalablement préparée en hiver, ameublie sur 20 cm de profondeur et enrichie d’un engrais de fond riche en potassium. La pomme de terre craint les excès d’azote qui favorisent les maladies cryptogamiques. Éviter les fumures fraiches.

Au moment de la plantation, une macération d’ortie ou de consoude, sera la bienvenue.
Attention aux carences : la pomme de terre est gourmande en potasse et en phosphate.
 
Espacez les plants de 30 cm, et les lignes de 60 cm.
Faire un trou de 10 à 15 cm de profondeur, mettre de la cendre de bois puis placer le plant à la verticale, germes vers le haut.

Un mois et demi après leur plantation, butter les jeunes plants (ramenez la terre sur les feuilles en formant une butte). Cela les protège du gel et induit la production de tubercules.
Lorsque les plants ont atteint 25 cm de haut, buttez-les à nouveau.

Un arrosage le soir est recommandé lorsqu’il fait chaud et que vous voyez le feuillage flétrir. Ne pas mouiller les feuilles pour éviter l’apparition de maladies comme les champignons.

3. Maladies et ravageurs

Les maladies et parasites les plus communs :

  • Doryphore (insecte ravageur)
  • Mildiou (maladie cryptogamique)
  • Taupin (insecte ravageur)
  • Gale commune (maladie bactérienne)

4. Récolte

Les pommes de terre primeurs se récoltent après la floraison, les pommes de terre à conserver quand les fanes seront complètement jaunies. Les récoltes commencent donc dès juillet et jusqu’en septembre pour les plus tardives.
Si les feuilles sont contaminées par un champignon, fauchez-les avant que le tubercule ne soit atteint.
La récolte s’effectue par temps sec, les tubercules s’arrachent facilement avec une houe, une fourche crochue ou une fourche bêche (préférez les outils à dents non pointues pour ne pas abîmer la pomme de terre). Ne les rentrez pas tout de suite après la récolte, laissez-les sécher sur le sol (ressuyer). Ne les laissez toutefois pas plus d’une journée sous peine qu’elles ne verdissent.

Vous les conserverez alors à l’abri de la lumière dans un lieu sec, frais et aéré.

Accompagnez la culture de pomme de terre de lin, cosmos, absinthe, ail… pour en éloigner les doryphores et nématodes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *